albe


albe

Albe
(Fernando álvarez de Tolède, duc d') (1508 - 1582) général et homme politique espagnol. Gouverneur des Pays-Bas (1567-1573), il réprima impitoyablement la révolte des "gueux", puis celle du Portugal (1582).

⇒ALBE, adj. et subst.
A.— Adj. et subst., poét., rare. [Gén. antéposé]
1. Emploi adj.
a) [Se rapporte à un inanimé concr.] De couleur blanche ou claire :
1. Voici [prenant part à l'un des concerts Lamoureux] (...) Cortot, un jeune à qui Diémer enseigne « à lécher de ses albes doigts la crème des touches d'un Pleyel » ...
WILLY, Entre deux airs, par l'ouvreuse du cirque d'été, 1895, p. 207.
2. Je veux parsemer d'albes fleurs de lys
Ce péplum d'or de Volupté [ta blonde chevelure]
X. PRIVAS, Chansons vécues, 1903, p. 62.
3. ... nous arrivâmes ainsi au « gardiennage », petit carré de mer où l'on tient en garde les petits yachts de plaisance, les petits bateaux bien propres d'acajou ciré, les petits navires d'une toilette irréprochable. Mon gamin les considérait d'un œil connaisseur et prenait à cette inspection un vif plaisir. Une embarcation jolie, toute sa voile dehors — elle n'en avait qu'une — accosta. Cette voile était immaculée, gonflait son albe triangle, éclatant dans le radieux soleil.
G. LEROUX, Le Parfum de la Dame en noir, 1908, p. 24.
b) Au fig. [Se rapporte à un inanimé abstr.] Qui a la pureté, la limpidité du blanc :
4. ... Palmiers de corail blanc aux résines d'acier!
Lys marmoréens à sourires hystériques,
Qui vous mettez à débiter d'albes musiques
Tous les cent ans, quand vous allez avoir du lait!
J. LAFORGUE, L'Imitation de Notre-Dame la Lune, Climat, faune, flore de la lune, 1886, p. 217.
5. Je ne rencontrerai donc pas sur la roue universelle la Vérité blanche et pure, l'albe et candide Vérité que je cherche.
A. FRANCE, Le Puits de Sainte Claire, 1895, p. 221.
6. La voilà [Pierrette trépassée] cachée
Sous l'albe recueil
De ces fleurs de deuil!
C'est un doux cercueil
Que cette jonchée
X. PRIVAS, La Chanson sentimentale, 1906, p. 157.
2. Emploi subst. Blancheur, pureté :
7. L'andante qui finit pare l'albe de l'Ève. (G. Kahn, Palais nomades).
PLOWERT 1888.
B.— Subst. masc., vx. Bois de sapin et plus généralement bois blanc.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop.
Stylistique — Ce latinisme rare n'appartient qu'à la lang. recherchée ou poét. (ex. 8). S'il a pu connaître une certaine vitalité vers la fin du XIXe s., il a été vite qualifié de « quelque peu enfantin » et disparaît progressivement du vocab. du XXe s. :
8. ... il était bon genre d'écrire, en 1888, (...) albe flambeau lunaire pour blanche lune.
L. LARCHEY, Dict. historique d'argot, nouv. suppl., 1889, p. 13.
9. Les recherches de mot quelque peu enfantines : albe neige, ultime lueur (...) taches imperceptibles, dont un esprit attentif et malveillant aurait pu incriminer les chansons juvéniles de Xavier Privas [ont aujourd'hui disparu]. [X. Privas, par L. Tailhade].
X. PRIVAS, La Chanson sentimentale, 1906, p. 15.
Prononc. — 1. Forme phon. :[alb]. Pour ROUSS.-LACL. 1927, p. 115, ,,les voyelles toniques suivies, dans la prononciation, de deux consonnes, dont la seconde n'est ni l ni r, sont moyennes``. 2. Dér. et composés : albation, albedo, albène, albescent, albeur, albicorne, albification, albinisme, albique, albite, albivère, albugine, albugo, albumen, déalbation.
Étymol. ET HIST. — 1. 1271 Subst. « bois blanc, aubier » (Livre des mestiers, 1re part., LXXIX, 5, Bonnardot ds GDF. : Se li mestre qui gardent les mestier truevent arçon mauves, c'est a savoir aube, il doivent le aube faire tailler hors netement). — vx lang. d'apr. Ac. Compl. 1842; 2. a) XIIIe s. adj. « blanc » (BEROUL, Tristan, éd. Muret, 872 ds T.-L. : espines aubes et noires), attest. isolée; 1895 « id. » emploi poétique (supra, ex. 1); b) 1887 subst. « blancheur » (Plowert 1888, supra, ex. 7), attest. isolée.
Empr. au lat. albus, empl. fréquemment pour qualifier certains arbres (TLL s.v., 1504, 25) en partic. le peuplier (populus); emploi subst. en lat. médiév. (synon. de albedo), ca 1160, METELLUS Buc., 4, 19 ds Mittellat. W. s.v., 434, 67 : bucula ... maculis insignis et albeo ac niveo miscens orbis nigros quasi carbo.
STAT. — Fréq. abs. litt. :2.
BBG. — TIMM. 1892, p. 249.

albe [alb] adj. et n.
ÉTYM. XIIIe, comme adj. et subst. (1271); lat. albus.
Littér., vx. (En général avant le nom). Blanc. || D'albes fleurs de lys. aussi Albescent.Fig. || « L'albe et candide vérité » (A. France, in T. L. F.). Candide.
REM. Le mot, repris au XIXe siècle, est familier dans le vocabulaire « artiste » et donne lieu à critiques, plaisanteries et pastiches un peu plus tard.
0 Bientôt, il n'y put tenir, et, un beau jour, sur une albe et spacieuse feuille de papier ministre, il adressa une pétition à M. Carnot, président de la République française.
A. Allais, Œuvres anthumes, Pas de bile !, Une pétition, in D. D. L., II, 14.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Albe — eines Diakons Die Albe (von lateinisch alba: die weiße) ist ein aus der antiken Tunika hervorgegangenes, knöchellanges Gewand aus weißem oder heute auch naturfarbenem Leinen. Mit Bezug auf die Alte Kirche und ihre Tradition symbolisiert die Albe… …   Deutsch Wikipedia

  • Albé — Escudo …   Wikipedia Español

  • Albé — Albé …   Deutsch Wikipedia

  • Albe — Al be , Albee Al bee , conj. [See {Albeit}.] Although; albeit. [Obs.] [1913 Webster] Albe Clarissa were their chiefest founderess. Spenser. [1913 Webster] || …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Albe — Albe, 1) (Kirchw.), so v.w. Alba; 2) (Naturg.), so v.w. Albel …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Albe [1] — Albe, kleiner Weißfisch …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Albe [2] — Albe, Stadt, s. Alba 2) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Albe — (lat. alba vestis), das lange weiße Untergewand der zelebrierenden kath. und anglikan. Priester [Abb.] …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Albe — (alba camisia), langes weißes Kleid, das der Priester während seines hl. Amtes am Altare trägt …   Herders Conversations-Lexikon

  • ALBE — Cretae Uibs, Steph …   Hofmann J. Lexicon universale